Le ROI des médias sociaux? Blendtec multiplie ses ventes par 7!

Quand il s’agit d’Internet et de médias sociaux, la question du ROI revient souvent, surtout lorsqu’on s’adresse à des responsables marketing, parfois moins intéressés par les concepts de notoriété ou de référencement, que par un impact direct sur les ventes.

A ce titre, la série d’articles que propose GasPedal au sujet du cas Blendtec mérite une attention particulière. Est-il besoin de rappeler qui est Blendtec? Ce sombre fabricant de mixers (blenders) s’est illustré, il y a environ deux ans, avec une série de courtes vidéos hilarantes, censées illustrées la puissance des produits Blendtec en broyant et mixant des objets aussi disparates que de la pâte à modeler, des balles de golf, une caméra vidéo (qui filme sa propre mort…) ou … un iPhone.

image from www.blendtec.com

Le tout, bien entendu, étant construit de manière intelligente, avec un slogan astucieux (Will It Blend? Est-ce que ça va mixer?) un blog associé, et une diffusion via YouTube, permettant de profiter d’un effet viral maximum grâce à la possibilité de reprendre ces vidéos sur son propre blog (comme celle diffusée à la fin de cet article).

Bien sûr, le succès a été foudroyant, et Blendtec l’a expliqué à GasPedal, qui fournit des statistiques intéressantes:

Quel est le secret derrière une telle réussite? Une campagne menée avec des moyens rudimentaires, mais une réelle intelligence des médias sociaux: plutôt que de tout reconstruire eux-mêmes, les gens de Blendtec se sont appuyés sur les outils qui allaient favoriser une fulgurante expansion.

Autre point à méditer, tout est parti … de la poussière du bureau d’études. George Wright, VP Sales & Marketing récemment arrivé chez Blendtec, fut surpris de la poussière qui recouvrait le sol du bureau d’études. Lorsqu’on lui expliqua l’origine de cette poussière, produite par les tests réalisés par la PME, et qu’il se rendit compte de l’enthousiasme que ces tests suscitaient au sein de l’équipe qui les menait, il eut l’idée géniale de considérer que cet enthousiasme, produit par la variété des tests réalisés, pourrait bien être viral. Le reste appartient à l’histoire…

Publicités